Village Dogon (Mali) Comment les aider ?

Village Dogon

Venez nous retrouver le samedi 18 octobre dès 19h
au tennis Templier,  3 Priespre 4550 Villers le Temple.
>> Méchoui suivi d’une soirée dansante
>> Adulte 18 euros
>> Enfant pain saucisse 3 euros
>> Réservation avant le 16/10 :
>> Pierre Delvaux 0478/282843 pitoudelvaux@hotmail.c®m
>> Luc Burette 0475/251204 luc.burette@hotmail.com

>> Denis Schuermans 0499/427703 schuermansdenis@hotmail.com
>> Francis Buron 0485/428265

>> Compte Acupuncture Sans Frontières Belgique: BE57001440783335

Advertisements

Mission en Equateur

Rapport de mission ASB-Belgique – Sarayaku -Équateur – 13 au 24 octobre 2012

Préambule :

Sarayaku est un village d’indiens Quechuas, situé dans la jungle amazonienne en Équateur. Il est composé de 1300 habitants répartis sur 135 000 hectares de jungle. Cette population vit en parfaite autarcie et se bat depuis 25 ans pour que leur droit de vivre sur leur terre ancestrale soit reconnu, et empêche ainsi les pétroliers de poursuivre leur travail de déforestation et d’exploitation mettant gravement en danger leur survie. En juillet 2012, leur droit a été reconnu par le tribunal international des droits de l’homme, mais la vigilance reste de mise.

En terme de santé, cette population bénéficie d’une médecine traditionnelle et chamanique qui fait face efficacement à bon nombre de problèmes. Quand ces soins sont inefficaces ou insuffisants, les plus chanceux peuvent bénéficier de consultations de médecine allopathique qui sont prodiguées périodiquement par une structure d’état qui envoie sur place des médecins. es responsables du village ont été informés de l’existence d’ASF-Belgique, par le biais d’associations qui les aident dans leur combat de reconnaissance. Le gouvernement de Sarayaku a été vivement intéressé et une demande d’intervention a été exprimée.  L’acupuncture pourrait permettre l’accès aux soins à toute une population isolée dans la forêt. Une mission exploratoire a eu lieu en octobre 2011, réalisée par Denis Schuermans.

==> Là 1ère session de formation s’est donc déroulée du 13 au 23 octobre 2012.

Praticiens Volontaires : Denis Schuermans et Philippe Annet.

Accompagnants : David Houbrechts, réalisateur du film sur ASF, et Frédéric caméraman.

Élèves : Évidemment cette population d’indiens vit traditionnellement. La structure et le fonctionnement de cette société ne correspondent en rien à nos critères et repères habituels. Les soignants e sont ni médecins, ni infirmiers, ni sage-femmes. Ce sont des chamans ou des accoucheuses, ou des personnes reconnues pour leur disposition à donner des soins. 10 personnes ont donc été choisies par le village pour recevoir la formation d’ASF : Antonio, Livia, Adeleida, Ramona, Rosa, Elisa, Sofia, Esther, Lupe, Liyia.

Déroulement : Un cours particulièrement concis et cadré a été élaboré spécifiquement pour cette mission hors normes par sa durée, et par la nature des élèves. Un polycopié en espagnol a été remis à chaque élève, ainsi que le livre de Pékin en langue espagnole : « Libro de Acupunctura y moxibucion ». Seuls 40 points ont été retenus pour ce cours, et des protocoles thérapeutiques ont été étudiés pour une dizaines de pathologies courantes et également pour des traitements préventifs selon les terrains énergétiques. La demande de prévention était en effet très forte. Une grande salle de soins/cours a été mise à notre disposition. Les cours se déroulaient en langue espagnole de 8h à 12h et de 14h à 17h. La traductrice qui devait nous accompagner durant toute la formation, n´a finalement pu être présente que les 2 derniers jours. Le sérieux et l’assiduité des élèves étaient proportionnels à leur forte motivation, et l’ambiance de travail est restée studieuse et joyeuse à la fois. Les femmes suivaient le cours tout en allaitant leurs enfants, les poules et les chiens venaient régulièrement suivre la formation et encourageaient parfois bruyamment les formateurs. La chaleur humide et bon nombre d’insectes variés complétaient les conditions singulières d’enseignement.

Apres les jours de cours théoriques et de consultations encadrées, les 2 derniers jours ont été consacrés à la localisation des points étudiés et à la pratique. À la fin du séjour les consultations étaient réalisées par les élèves. Pathologies les plus rencontrées : digestives, hépatiques, articulaires, respiratoires, et nombreuses séquelles de morsures de serpent.

Évaluation : Sur les 10 élèves inscrits, 8 en moyenne étaient présents chaque jour dont 5 particulièrement studieux. Grâce à la présence de notre traductrice à la fin de la formation, nous avons pu constaté que la mission à été très satisfaisante. Les élèves ont commencé très tôt à pratiquer efficacement. Ils ont même consulté sans nous durant la matinée où nous sommes allés en pirogue visiter un centre de soins situé dans une autre partie du village, plus éloignée.

Correspondants locaux : 2 personnes seront nos correspondants, responsables de l’acupuncture dans le village : Antonio qui est le fils adoptif du chaman et futur chaman du village, également responsable de la santé à Sarayaku, et Livia qui est responsable du centre de soins ou nous sommes intervenus, et parmi les plus compétentes de nos élèves. Étonnamment un lien internet pourra permettre de communiquer avec ces 2 correspondants, ce qui facilitera le traitement des questions et observations des élèves.

Suite à donner à cette mission : Une demande de suite a été très rapidement exprimée par les élèves et par les responsables officiels de Sarayaku. Le prochain binôme de formateurs devra se composer d’au moins un hispanophone, ou bien d’un traducteur. Il est prévu de fournir, dès novembre prochain, à chaque élève, un exemplaire du livre étudié en cours (repérage des points). Il est clair que la 2ème session de formation devra se dérouler au plus tard dans 1 an, mais 6 mois d’intervalle seraient plus judicieux pour assurer la qualité de la formation, même si un lien internet permet de maintenir un contact pédagogique. Une convention officielle sera signée en novembre 2012 entre le gouvernement de Sarayaku et ASF-Belgique afin de faciliter les démarches administratives.

Développement possible de notre action : Il existe 5 centres de soins périphériques, répartis dans la forêt. Il serait judicieux de former au moins une personne par centre de soins, de façon à mettre plus facilement l’acupuncture à disposition de la population vivant dans la jungle.